5 clés pour rédiger une méta description efficace

La méta description est l’une des premières composantes abordées en référencement naturel. C’est aussi l’une des plus simples à manipuler. Mais parce qu’elle a peu de poids SEO, elle est souvent négligée par les entreprises. Grossière erreur ! Car cette balise html s’avère bien plus subtile qu’on le croit, et joue un rôle non négligeable à son niveau. La laisser de côté, c’est perdre une belle occasion d’attirer les internautes et de générer des clics. Découvrez les clés pour rédiger une méta description pertinente, accrocheuse et efficace.

Qu’est-ce qu’une méta description et pourquoi c’est important ?

La méta description est une balise html à placer dans une page web, à l’instar du « title » ou les titres « h1 », « h2 », etc. Elle permet de décrire le contenu de la page à travers un court résumé, et apparaît, dans les résultats des moteurs de recherche, sous le méta titre (lui-même s’affichant en bleu sous la forme d’un lien cliquable).

La balise « méta » n’est pas un critère de référencement, ce qui veut dire que les moteurs de recherche n’en tiennent pas compte dans leur algorithme de positionnement. Une bonne méta description ne va pas booster la position d’une page, pas plus qu’une mauvaise ne va la dégrader – même si nous verrons un peu plus bas qu’elle peut avoir un effet indirect.

De plus, elle n’est même pas prise en compte tout le temps ! En effet, selon une étude ahrefs, Google réécrit la méta description 63 % du temps. En d’autres termes, seules 37 % des balises « méta » apparaissent dans les SERP telles qu’elles ont été rédigées. Ce n’est pas une affaire de longueur : intégrales ou coupées, les métas sont modifiées dans la même proportion. Lorsque c’est le cas, Google s’arrange pour piocher dans la page les éléments qu’il trouve pertinent afin de les recomposer à sa guise.

Est-ce à dire qu’il faut négliger la méta description ? Non, car elle reste essentielle. Même sans avoir d’impact SEO direct. Et ce, pour trois raisons :

  • La méta description est la façon qu’ont les moteurs de recherche de présenter le contenu d’une page aux internautes. Avec le « title », c’est la première chose qu’ils voient d’une page donnée. Elle peut donc grandement influer sur leur décision de cliquer ou non sur le lien.
  • En incitant au clic, la méta description contribue à augmenter le volume de trafic sur le site web. Il s’agit d’un levier d’acquisition particulièrement efficace.
  • La balise « méta » est aussi un levier SEO indirect, puisque les moteurs mettent en avant les pages les plus populaires – celles qui génèrent des clics. Mieux elle est rédigée, plus elle génère de clics, et plus les moteurs de recherche vont considérer la page en question comme « pertinente ». En contrepartie, ils vont donc la valoriser dans les SERP.

Autant de raisons qui font de la méta description un outil incontournable… et qui expliquent pourquoi il est important de soigner sa rédaction.

Une meta-description efficace est la clé pour améliorer les clics sur votre lien, et donc le traffic vers votre page
© Tumisu – Licence Pixabay

Les clés pour rédiger une méta description parfaite

Quelles sont les clés permettant de rédiger une balise « méta » pertinente, attractive et efficace ?

1. Utilisez votre méta description pour compléter votre méta titre

La description vient compléter le « title », ce dernier étant une balise spécifiquement réservée à l’intégration des mots-clés principaux – et donc trop concise pour expliciter le contenu de la page. Ainsi, la méta description donne l’opportunité de développer ce que le méta titre ne fait qu’effleurer.

Mais attention : elle n’a pas vocation à être une accumulation de mots-clés. Voyez-la plutôt comme un long CTA qui permet d’apporter les informations indispensables et d’inciter les internautes à cliquer. Pour cela, bien entendu, elle doit correspondre rigoureusement au contenu de la page.

Rien ne vous empêche d’y placer ou un deux mots-clés – qui apparaîtront en gras dans le snippet. Cela ne changera rien au positionnement de la page, mais aidera les robots des moteurs à identifier son contenu.

2. Faites court

Ce doit être une règle d’or quand on rédige une méta description : la concision avant tout !

D’abord, les moteurs de recherche coupent les métas trop longues (elles se terminent alors par des points de suspension). À trop écrire, on prend le risque de n’en laisser voir qu’une toute petite partie. Le nombre de caractères affichés par Google est variable – c’est surtout la taille de la balise qui est prise en compte : 600 pixels de large sur deux lignes – mais, en tout état de cause, il est préférable de se limiter à 155 signes (120 pour la version mobile). Vous pouvez également choisir d’écrire beaucoup plus et de laisser Google piocher dans les passages qui lui semblent pertinents.

Ensuite, l’internaute veut un aperçu rapide de ce qu’il pourra trouver sur la page. En aucun cas, il n’a l’intention de lire un roman en guise de méta. À ses yeux, les balises sont seulement des indications, une façon de repérer la ou les pages qui semblent répondre à ses attentes.

3. Adressez-vous directement à l’internaute

La cible principale d’une méta description, c’est l’internaute. C’est donc à lui qu’elle doit s’adresser, et si possible en employant :

  • La voix active, avec usage du « vous », pour faire de l’internaute le sujet du texte.
  • Des verbes d’action : « Profitez de… », « Découvrez… », etc.
  • Des formulations interrogatives : « Vous envisagez de partir aux Baléares ? Découvrez la liste des activités incontournables pour toute la famille. »

Bien entendu, cette règle doit s’adapter au contenu de la page. Pour un contenu informatif, mieux vaut donner une forme descriptive à cette balise, afin qu’elle apporte à l’internaute une réponse claire, tout en l’incitant à en savoir plus. Pour une fiche produit, concentrez-vous sur les informations inhérentes au produit en question et sur les bénéfices (« grand choix de coloris », « livraison gratuite »…) : la méta description doit donner envie de le découvrir.

Une meta-description doit s'adresser directement à l'internaute
© 200degrees – Licence Pixabay

4. Concevez votre balise « méta » comme une réponse aux intentions de recherche

L’intention de recherche, c’est la raison qui pousse l’internaute à formuler une requête. Elle peut être variée : accéder à une information ou à une page spécifiques, acheter quelque chose, obtenir une réponse précise, etc. Par exemple, « horaires pizzeria Calzone » laisse entendre que l’internaute souhaite se rendre dans le restaurant dont il cherche les heures d’ouverture, tandis que « où trouver iPhone 12 » indique qu’il a l’intention d’acheter ce modèle.

Idéalement, votre méta description doit tenir compte de cette intention, et s’attacher à y répondre. Pour l’identifier, vous pouvez interroger Google et regarder les résultats proposés pour une requête donnée. En effet, le moteur n’a de cesse d’affiner la pertinence de ses réponses en tenant compte des intentions de recherche, il y a donc de bonnes chances pour que les résultats affichés correspondent aux attentes des utilisateurs.

Si vous tapez « bûche de Noël » dans Google, l’écrasante majorité des réponses en première page proposent des recettes. Les snippets se concentrent donc sur cette intention : les internautes souhaitent connaître la recette de la bûche.

Exemple de Réponse d'intention dans un résultat de recherche sur Google. La meta-description y joue un rôle prépondérant.
© Google

Bien sûr, les choses ne sont pas toujours aussi simples. Il arrive qu’une même requête corresponde à plusieurs intentions, et que les résultats soient mélangés. Dans ce cas de figure, concentrez-vous sur ceux qui s’adaptent au type de contenu que vous souhaitez rédiger.

5. Travaillez avec soin la méta description de votre page d’accueil

La page d’accueil est la seule qui mérite de passer plus de temps sur la balise « méta ». Pour une raison simple : elle n’apparaîtra dans les résultats de recherche que pour une requête de marque, c’est-à-dire si l’internaute tape directement le nom de votre enseigne ou de votre marque.

Ce type de requête permet de restreindre grandement le champ des intentions : recherche d’informations sur la marque, projet d’achat, etc. C’est donc l’occasion de rédiger une méta description orientée « marque », et de parler de vous – du brand content appliqué aux balises html. C’est d’autant plus intéressant que Google, dans ce cas précis, a plus de chances d’afficher la bonne méta – celle que vous avez rédigée !

© mohamed hassan – Licence CC0 Domaine public

En somme, vous ne devez pas négliger la méta description dans votre travail d’optimisation, même si cette balise passe souvent pour être le parent pauvre du SEO. Au passage, n’hésitez pas à reprendre vos anciennes pages – surtout celles qui génèrent les plus gros volumes de trafic – pour retravailler leur balise « méta » lorsqu’elle est absente ou de piètre qualité.

E-book gratuit

Rédiger du contenu SEO : les pièges à éviter

Découvrez les pièges auxquels vous pourrez être confrontés lors de votre production de contenus SEO et comment les éviter. 

Intéressés par nos services éditoriaux ?

Recevez la newsletter de hREF