Emailing : 5 secrets pour augmenter votre taux de clics !

Les emails, on les envoie pour qu’ils soient lus… Mais aussi, et surtout, pour inciter les destinataires à réaliser une action. L’objectif est de les pousser à visiter un site web, consulter un contenu, ouvrir un compte, acheter un produit/service, etc. Or, pour cela, il faut améliorer un indicateur de performance incontournable : le taux de clics. Autrement dit, le nombre de clics sur les liens ou les boutons CTA que les mails contiennent. Selon MailChimp, le CTR moyen (tous secteurs d’activité confondus) est de 2,91 %. Toutefois, il est possible de le faire grimper de façon exponentielle en employant les bonnes méthodes. Découvrez 5 secrets pour booster le taux de clics de votre campagne emailing !

Voici 5 secrets pour augmenter le taux de clics de l'emailing
© cybercashworldwide – Licence Pixabay

1. Assurez-vous que vos emails sont (vraiment) désirés

La meilleure façon d’augmenter votre taux de clics d’emailing, c’est encore d’envoyer des messages à ceux de vos prospects et clients qui les attendent réellement.

Le recueil préalable du consentement est obligatoire depuis l’entrée en vigueur du RGPD en 2018. Il est réalisé via une procédure d’opt-in, voire de double opt-in. Ce recueil permet de valider l’accord de vos destinataires avant de leur envoyer quoi que ce soit. Les personnes qui ont consenti sont plus enclines à ouvrir les emails et à cliquer sur les liens ou CTA. C’est parce qu’elles ont déjà, par leur acceptation, témoigné de leur intérêt pour votre entreprise/marque ou vos produits/services. C’est le cas, par exemple, lorsqu’un internaute s’inscrit à une newsletter, qu’il adhère à un programme de fidélité, ou qu’il laisse ses coordonnées pour recevoir des offres promotionnelles.

Notez que le consentement ponctuel n’est pas suffisant. Il est indispensable de faire régulièrement le ménage dans votre mailing list. L’objectif est d’en supprimer les adresses de ceux qui se sont désinscrits ou qui ont signalé vos envois comme spams. GetResponse estime à 25 ou 30 % le taux de désabonnement moyen chaque année. Ce sont autant d’utilisateurs qui, même confrontés à vos emails, risquent fort de ne plus les ouvrir.

2. Proposez des emails simples, directs et cohérents

Pour booster le taux de clics d’une campagne emailing, il faut transmettre des messages clairs, directs, uniques et cohérents. Concrètement, cette exigence se traduit de trois manières :

  • Un seul objectif par email. Prenez garde à ne pas perdre votre destinataire avec un message multiple contenant plusieurs offres différentes. Chaque email, dans une campagne, doit viser un but précis et unique. Il doit, par exemple, diffuser une information, suggérer un produit/service, mettre en avant une promotion, etc.
  • Des éléments parfaitement cohérents entre eux. Une fois ce but unique établi, toutes les composantes de l’email doivent travailler à le servir. : l’objet du message, le corps du texte, la charte graphique, mais aussi le lien ou le bouton CTA. Ce qui veut dire, aussi, qu’il est hors de question de tout miser sur le taux d’ouverture. Il est inutile de proposer, par exemple, un objet séduisant, mais un message qui ne correspond pas à cette promesse.
  • Un email travaillé sur la forme. Les emails longs, ennuyeux, denses, sont généralement laissés de côté par leurs destinataires. Rien n’est pire qu’un pavé de texte indigeste lorsqu’on consulte sa messagerie pour le plaisir ! L’emailing doit être conçu comme une sorte de snack content, un contenu de consommation rapide. Les utilisateurs le liront en diagonale, afin d’y trouver en priorité ce qui les intéresse. En respectant quelques règles simples de mise en forme (des paragraphes espacés, des phrases concises, des listes à puces, des images…), vous parviendrez plus facilement à hausser le taux de clics de votre campagne emailing.

Pensez au grand nombre d’emails que vos prospects et clients reçoivent chaque jour. Dites-vous qu’ils ont plus de chances d’ouvrir le vôtre, et de cliquer dessus, si le message est explicite, consistant, et plaisant à lire.

3. Segmentez votre base de données et personnalisez vos emails pour qu’ils répondent aux besoins de votre audience cible

La segmentation, une pratique indispensable

Vous avez l’habitude d’envoyer les mêmes emails à tous les contacts de votre liste, sans distinction ? C’est une erreur très commune, avec un effet négatif immédiat sur le taux de clics. Votre email ne peut pas intéresser tout le monde en même temps, surtout si vous disposez d’une mailing-list importante !

Pour augmenter le taux de clics de votre emailing, vous devez viser les personnes les plus susceptibles d’ouvrir le message et de cliquer sur le lien. Dans cette perspective, il n’y a pas cinquante solutions : il faut commencer par segmenter votre base de données. Le but est, dans un premier temps, d’identifier les audiences pertinentes (ce qui est un préalable indispensable en marketing automation). Dans un second temps, il convient de personnaliser vos différents messages, pour qu’ils répondent aux besoins spécifiques de ces cibles.

La personnalisation et ses différentes formes

  1. S’adresser au prospect directement, en l’interpellant par son prénom. Ex : « Bonjour Mathilde, nous avons pensé que cette offre pourrait vous intéresser… », plutôt que « Bonjour Madame… ».
  2. Élaborer une mise en forme adaptée. Privilégiez des couleurs vives et une tonalité humoristique pour des destinataires plus jeunes. Penchez pour une approche plus sérieuse et professionnelle en B2B.
  3. Associer des contenus pertinents, adaptés aux besoins concrets des destinataires, en fonction de la nature de leur projet ou recherche, et de leur maturité. Et pas seulement vos contenus ! N’hésitez pas à mettre en avant des contenus générés par des tiers, dès lors qu’ils sont utiles à vos lecteurs.
  4. Montrer les bénéfices de votre offre en tenant compte des problématiques de la cible. Il s’agit de répondre à cette question : pourquoi le lecteur devrait-il cliquer sur votre lien ou sur votre CTA ? Quelles solutions sont les mieux adaptées à ses besoins ? Quels avantages peut-il obtenir s’il choisit de vous faire confiance ?
Segmentez votre base de données et personnalisez vos emails pour qu’ils répondent aux besoins de votre audience cible
© gabrielle_cc – Licence Pixabay

Les tests A/B pour perfectionner ses mails

Compte tenu du nombre important de possibilités de personnalisation, vous avez tout intérêt à mener des essais (des « tests A/B »). Cela permet de distinguer les approches les plus efficaces au regard du taux de clics de votre campagne emailing. Vous déceler ainsi ce qui fonctionne ou pas, quels contenus sont consultés ou non, quels formats plaisent le plus, etc.

4. Jouez avec le lien (ou le bouton CTA) pour augmenter votre taux de clics en emailing

Pour mesurer le taux de clics de votre campagne emailing, vous devez forcément insérer dans vos emails un lien hypertexte ou un bouton call-to-action. Or celui-ci doit faire l’objet d’un soin tout particulier, si vous souhaitez qu’un maximum de personnes cliquent dessus. Voici quelques bonnes pratiques pour « jouer » avec le lien ou CTA de votre email, et ainsi générer du clic.

Soyez complètement transparents à propos du lien

Pour gonfler le taux de clics artificiellement, on peut imaginer des dizaines de méthodes peu reluisantes : mentir sur l’objet du lien, le placer de façon à générer un clic accidentel, etc. Ce ne sont évidemment pas des techniques recommandées. Bien au contraire ! Dans l’idéal, il faut se montrer totalement transparent au sujet du lien ou du bouton CTA, quitte à le présenter sous la forme d’une URL complète. Il s’agit d’un excellent moyen de montrer aux internautes là où vous souhaitez les emmener. Compte tenu de la hausse des escroqueries en ligne, cette transparence fonctionnera comme un levier de réassurance pour vos prospects et clients.

Multipliez le nombre de liens dans l’email

Cela peut sembler contre-intuitif, mais plus un lien est présent dans un message, plus il a de chances de générer un clic. Le nombre doit s’inscrire dans la limite du raisonnable, bien entendu (jusqu’à cinq fois, mettons). Un email avec deux ou trois liens, disposés à intervalles réguliers, fonctionnera mieux qu’un email avec un seul lien.

Travaillez la forme et le positionnement de votre CTA

Lorsqu’il s’agit d’inciter au clic, toutes les composantes du CTA deviennent des leviers de performance : le format, la police d’écriture, le texte qui le compose (avec une prédilection pour les verbes d’action et l’évocation des bénéfices attendus). Le placement du call-to-action dans l’email a également toute son importance. Placez-le plutôt à droite ou au centre du texte (dans le sens naturel de la lecture). Le premier CTA doit se trouver idéalement au-dessus de la ligne de flottaison.

Jouez avec le lien (ou le bouton CTA) pour augmenter votre taux de clics en emailing
Licence CC0 Domaine public

5. Attisez la curiosité des internautes pour leur donner envie de cliquer

En marketing, on aime savonner cette pente naturelle de l’esprit humain qu’est la curiosité, afin de pousser les internautes à réaliser une action. Cela fonctionne de la même manière pour un lien ou un CTA affiché dans un email. En effet, la curiosité est un puissant déclencheur, capable d’intéresser même les plus réfractaires des utilisateurs – à condition de l’employer à bon escient. En voici deux exemples.

Le syndrome « FOMO », ou « peur de rater quelque chose » (« Fear of missing out »)

Cette expression désigne l’anxiété sociale relative au fait de passer à côté d’un événement ou d’une information. Le FOMO est très courant en marketing pour créer une sensation d’urgence ou d’exclusivité, et inciter les consommateurs à réaliser une action au plus vite. Vous l’avez sans doute expérimenté en réservant un billet d’avion ou une chambre d’hôtel, lorsqu’apparaît une phrase du type « seulement X places encore disponibles ». Il est possible de jouer avec le FOMO en employant les termes adéquats dans votre CTA, par exemple « Dépêchez-vous de réserver votre place, il n’y en aura pas pour tout le monde ! » au lieu du plus sobre « Inscrivez-vous pour l’événement ».

L’usage du « P.S. » en fin d’email 

Le fameux post-scriptum a tout son sens dans un message électronique… surtout lorsqu’il s’agit de titiller la curiosité du lecteur ! Le « P.S. » final donne, en effet, envie d’en savoir plus : il fait comprendre à l’internaute qu’il y a une information en plus à découvrir, ou un contenu supplémentaire à découvrir. En outre, son placement en toute fin de message agit comme une récompense réservée à celui qui aura été au bout de sa lecture, comme une sorte de privilège.

Gardez en tête que le taux de clics de votre campagne emailing constitue l’un des indicateurs de performance les plus révélateurs quant à l’efficacité de celle-ci. Un CTR élevé mène tout droit à un taux de conversion important, et les conversions sont essentielles pour générer des ventes et du chiffre d’affaires. Or selon Ascend2, plus de la moitié (53 %) des marketeurs peinent à booster leur taux de clics (voir graphique ci-dessous). Si vous êtes dans ce cas de figure, adoptez ces bonnes pratiques pour changer la donne et améliorer vos performances !

Most Challenging Obstacles to Email Marketing Success
(Source : Superoffice.com)

À lire aussi :

E-book gratuit

Rédiger du contenu SEO : les pièges à éviter

Découvrez les pièges auxquels vous pourrez être confrontés lors de votre production de contenus SEO et comment les éviter. 

Intéressés par nos services éditoriaux ?

Recevez la newsletter de hREF