White Hat vs Black Hat : quelles sont les différences ?

Le SEO est un pilier majeur de la visibilité en ligne d’une entreprise. Ce domaine couvre de nombreux champs, de l’optimisation de la structure d’un site web à son contenu et sa popularité. Le White Hat et le Black Hat sont deux approches très différentes, pour ne pas dire opposées, du SEO. La première promeut de bonnes pratiques, associées aux notions de transparence et d’expérience utilisateur. La seconde, quant à elle, ne recule devant aucune manœuvre pour tromper les moteurs de recherche.

L’objectif : positionner très rapidement un site ou une page de manière avantageuse. Tandis que le White Hat, lui, offre ses effets à plus long terme, mais durablement… Vous avez encore du mal à les différencier ? Voici les techniques de White Hat et de Black Hat Seo ainsi que leurs avantages et leurs limites. Vous pourrez alors choisir ce qui convient le mieux à votre site et votre entreprise, en toute connaissance de cause.

1. Qu’est-ce que le White Hat Seo ?

Le White Hat rassemble les techniques permettant d’améliorer le référencement naturel d’un site web, dans le respect de certaines règles. Ces dernières sont essentiellement fixées par Google. D’ailleurs, le moteur de recherche met régulièrement à jour ses recommandations concernant :

Qu’est-ce que le White Hat Seo ?
© Sarah Blocksidge – Licence Pexels

La requête de l’internaute est clairement une priorité pour Google. De manière générale, il cherche à améliorer ses algorithmes de référencement de site web afin que l’internaute trouve toujours plus vite la réponse à sa question, et avec autant de précision et pertinence que possible. Ainsi, certaines pratiques sont mises en valeur par rapport à d’autres, car elles sont plus éthiques.

En somme, ergonomie d’un site, qualité du contenu éditorial ou encore fluidité d’utilisation figurent parmi les grandes lignes du White Hat SEO.

2. Qu’est-ce que le Black Hat Seo ?

Le Black Hat est aussi un ensemble de techniques permettant d’améliorer le référencement naturel d’un site web. Toutefois, cette pratique consiste à exploiter les failles des algorithmes de Google plutôt qu’à suivre les recommandations de la firme. Dans ces conditions, les techniques de White Hat portent leurs fruits moins rapidement (mais sur le long terme), alors que celles de Black Hat permettent de gagner les meilleures positions dans les SERPs en beaucoup moins de temps. Il faut dire qu’avec le Black Hat, seuls les algorithmes sont visés, autrement dit des robots. Le Black Hat ne prend pas la peine de considérer les véritables besoins et attentes des internautes.

En revanche, ces techniques s’accompagnent d’un risque majeur. Si un algorithme de Google repère les manigances opérées, Google applique des pénalités au site web concerné. Dans le pire des cas, le site en question peut alors être totalement retiré de son index. Le site devient alors introuvable sur Internet. Remonter la pente après avoir subi des pénalités, même en adoptant les techniques de White Hat, est ensuite une entreprise de longue haleine. Le bénéfice du Black Hat va donc de pair avec une prise de risque majeure. Et ce bénéfice ne perdure jamais bien longtemps…

3. Quelles sont les principales différences entre le White Hat Seo et le Black Hat Seo ?

Quelles sont les principales différences entre le White Hat Seo et le Black Hat Seo ?
© Jeroen den Otter –  Licence Unsplash

White Hat et Black Hat correspondent donc à des pratiques différentes, mais aussi à une vision des internautes opposées. La plupart des techniques de SEO peuvent être appliquées dans un sens ou dans l’autre. C’est pourquoi il est important de savoir distinguer les différences entre White Hat et Black Hat. La pérennité de votre activité, la crédibilité de votre entreprise et la confiance des internautes en dépendent !

La création de contenu web

La création de contenu web
© JGlenn Carstens-Peters –  Licence Unsplash

La rédaction de contenu compte parmi les piliers du référencement web. Et il existe un certain nombre d’outils que vous pouvez décider d’utiliser dans une optique White Hat ou Black Hat. Pour satisfaire les algorithmes et les experts Google, il est indispensable d’opter pour une rédaction web de qualité, c’est-à-dire :

  • pertinente par rapport à la recherche des internautes ;
  • utile, car elle répond vraiment à un besoin ;
  • complète, car elle creuse suffisamment le sujet ;
  • originale et unique ;
  • intéressante avec des textes captivants et faciles à lire.

C’est pourquoi le recours à un rédacteur web est souvent indispensable. Par ailleurs, répondre à ces exigences requiert du temps pour l’analyse et la réalisation. Mais cela représente un temps (et un budget) que les adeptes des résultats rapides sont rarement prêts à prendre.

Pour duper Google, certains ont recourent à diverses techniques. La première est sans doute l’utilisation de contenu dupliqué. Dans ce cas, les textes ne sont pas créés, mais copiés-collés à partir d’un autre site abordant les mêmes thèmes, vendant les mêmes produits ou services… Il n’y a alors aucune trace de personnalisation du contenu. Il n’existe ni expertise propre apportée par le site ni ton unique qui représente la marque ni conseils spécifiques. Le contenu n’est alors pas unique ou original.

Le Black Hat est capable d’aller encore plus loin dans la triche avec la production de contenu web. En effet, certains créent, pour une même page, des textes adressés aux algorithmes et d’autres aux internautes. Les premiers sont dissimulés aux yeux des internautes. L’objectif est de laisser libre cours aux pratiques de bourrage de mots-clés (keyword stuffing), indigestes pour tout lecteur humain. On parle alors de cloaking, ou dissimulation.

L’insertion des liens dans les contenus

Toute entreprise cherchant à améliorer le contenu de son site web et son référencement naturel travaille également son netlinking. Il s’agit de créer des liens depuis son propre contenu vers le celui d’autres sites, afin d’enrichir l’expérience de l’internaute. Ce dernier pourra alors continuer de creuser le sujet ailleurs, s’il est particulièrement intéressé. Inversement, il s’agit de faire en sorte que d’autres sites ajoutent dans leur contenu des liens vers le vôtre.

Google considère qu’un site web vers lequel pointent de nombreux liens externes (ou backlinks) est une référence dans son domaine. Il intéresse alors, logiquement, particulièrement les internautes. En White Hat SEO, ces liens doivent être de qualité. Ceci signifie, d’une part, qu’ils doivent provenir de sites qui traitent d’un sujet similaire ou proche du vôtre. D’autre part, le contenu doit être lui-même reconnu comme « qualitatif » par Google.

Le Black Hat détourne ce système de netlinking en misant uniquement sur le nombre de liens pointant vers un site. Certains logiciels permettent de multiplier rapidement les liens, sur des forums, des web profiles et autres sites quelque peu douteux. Il est également possible d’acheter des liens en grande quantité. Cependant, Google est attentif à l’origine des liens et donc à leur qualité. Il fait en outre attention à leur chronologie.

Obtenir des liens de qualité prend du temps, car il faut sélectionner les sites qui correspondent à votre secteur, créer des partenariats et optimiser l’ancre des liens. Si vous bénéficiez du jour au lendemain de dizaines de liens vers votre site, parce que vous les avez achetés ou créés par un logiciel, Google s’en rendra bien vite compte !

L’optimisation de l’expérience client

L’optimisation de l’expérience client
© Anna Tarazevich – Licence Pexels

Google valorise une expérience utilisateur simple, fluide et rapide. Les pratiques de White Hat consistent alors, par exemple, à optimiser le temps de chargement des pages. Le but est de rendre le contenu web consultable autant sur ordinateur que sur mobile. Elles concernent également la mise en œuvre d’une arborescence logique et intuitive pour l’internaute. Sur un site internet, tout doit ainsi être cohérent et pensé « expérience client ».

Le Black Hat fait preuve de moins de scrupules. Il n’hésite pas à créer des pages satellites sur lesquelles il envoie l’internaute, alors que leur thématique n’a rien à voir avec sa recherche. Un site construit dans une optique de Black Hat cherche, en outre, uniquement à séduire les algorithmes. Rien n’est particulièrement pensé pour l’internaute. Et ceci donne lieu à des arborescences floues et à un site mal structuré. Il y est alors difficile de trouver ce que l’on cherche.

4. Le Grey Hat Seo, un parfait mixte entre les deux ?

© Miguel Á. Padriñán – Licence Pexels

Grey Hat Seo: définition

Si les pratiques de White Hat et de Black Hat semblent s’opposer en tout point, elles peuvent cependant se rencontrer… Entre les deux existe, en effet, le Grey Hat ! Ce dernier vise, d’une part, à obtenir des résultats plus rapidement et plus efficacement, comme le Black Hat. D’autre part, il tente de respecter les recommandations de Google afin d’éviter les pénalités, comme le White Hat. L’objectif : obtenir des résultats rapidement, mais aussi de façon durable et respecter l’internaute.

Le but est également d’éviter les représailles de Google, qui peuvent s’avérer insurmontables pour une activité. Le sens de l’équilibre est alors primordial pour aller au bout des pratiques acceptées par le White Hat sans tomber dans le Black Hat. La pratique de Grey Hat apparaît donc comme une combinaison de l’un et de l’autre. Il tente de combler les attentes à la fois des algorithmes et des internautes.

Le Grey Hat Seo et ses limites

Parmi les grandes pratiques de Grey Hat, on recense notamment la création de circuits de liens. Elle consiste à faire un lien d’un premier site vers un deuxième, du deuxième vers un troisième, d’un troisième vers un quatrième et du quatrième vers le premier. Le content spinning peut également être utilisé. Il s’agit de reformuler de nombreuses fois un texte original afin d’obtenir des textes différents sans trop d’efforts de création. L’achat de noms de domaine abandonnés afin d’exploiter les liens existant du site est également une pratique de Grey Hat.

Les pénalités encourues avec les pratiques de Grey Hat, qui flirtent avec l’illégalité selon Google, sont souvent moins graves qu’en cas de Black Hat. Seules quelques pages d’un site peuvent être désindexées ou le site peut être désindexé pour certains mots-clés. Le Grey Hat reste peu recommandé. Risqué, il rogne en outre sur la qualité des contenus comme des liens et autres piliers du SEO. Et ceci ne semble pas vraiment respecter l’expérience utilisateur…

Le White Hat Seo est exigeant au niveau de la qualité et demande un peu de patience pour en voir tous ses résultats. Mais il n’en est pas moins la solution à adopter pour le référencement d’un site web. Si la rapidité offerte par le Black Hat et ses techniques de suroptimisation peut-être tentante, elle n’est pas durable. Pire même ! Elle est très risquée pour une entreprise. Entre les deux, le Grey Hat n’est qu’une illusion de compromis. Alors, demandez à votre agence web la qualité, la légalité et la durabilité du White Hat !

À lire aussi :

E-book gratuit

Rédiger du contenu SEO : les pièges à éviter

Découvrez les pièges auxquels vous pourrez être confrontés lors de votre production de contenus SEO et comment les éviter. 

Intéressés par nos services éditoriaux ?

Recevez la newsletter de hREF